Bon alors je suis né à Paris, le 13 août 1975 ce n’était po un vendredi et pourtant jusqu’à présent, j’ai toujours eu pas mal de chance dans ma vie… !

J’ai eu une enfance vraiment heureuse où je passais mon temps à lire des bds de super héros et à jouer à l’ordinateur ou à la console. Vous me direz que je suis toujours en enfance parce que je n’ai toujours pas arrêté de faire tout ça mais disons que ça a commencé là.

Tout au long de mes études j’ai été surtout sauvé par mon amour des maths et des sciences et par le français parce que pour le reste je n’étais pas franchement supra doué. En revanche, j’étais plutôt pas mauvais au foot. Pas avec mes pieds mais avec mes mains, dans les buts, ce qui m’a valu d’essayer d’en faire ma carrière tout en continuant ma scolarité (j’en faisais 20h par semaine à peu près… d’où mes cuisses énormes qui n’ont jamais retrouvé un aspect humain). Après une blessure au genou survenue l’année de mon bac, je décide de le passer plutôt que de me faire opérer faisant une croix sur la carrière dont je rêvais.

Mais ce n’était pas très grave puisqu’en commençant mon année de math sup, je me donne à fond dans une autre de mes passions, les courses de tuture ! J’enchaine séances de karting et formation en Formule Renault. Bon du coup, mon année de math sup n’est pas brillante et plutôt que de continuer logiquement en Math spé je pars à la fac pour passer un deug de Mathematiques appliquées aux siences sociales. Ouais je sais c’est pas très clair… Et puis patatra, après quelques problèmes de famille je décide qu’il faut que j’arrête la voiture (qui coute énormément d’argent) et que je gagne enfin ma vie.

Alex Goude affronte Matt Pokora sur Call of Duty

Alex Goude affronte Matt Pokora sur Call of Duty

Tout ce que je savais faire à l’époque c’était écrire des choses qui ne faisaient rire que moi, conduire et jouer au jeu vidéo… et du coup, je décide que je vais devenir testeur de jeu vidéo. Un job à l’époque très convoité et très rentable… Et ça marche, je me fais engager chez Playstation Magazine et Joypad par le génial Jean-François Morisse qui me forme au métier de journaliste et j’enchaîne ensuite avec différents journaux comme Gen4 ou Playmag.

A 25 ans, voulant décoincer un ami incapable de balbutier 3 mots devant une fille je décide qu’il doit suivre des cours de théâtre et du coup je l’inscris au cours Simon. Le professeur (Cyril Jarousseau) me dit de le soutenir en passant au moins une scène ce que je ne voulais absolument po faire. Mais bon je m’y résous en essayant de passer un texte de Desproges, un mec que j’admire. Résultat : le prof me dit que j’ai ça dans le sang et que je dois quitter mon métier de journaliste. Ben voyons lol

Evidemment, je mets un an de cours à être sûr qu’il avait raison et je n’abandonne pas complètement le journalisme puisque je garde un petit job de pigiste dans le journal où je travaille encore aujourd’hui Le Journal de Mickey. Ça va avoir son importance plus tard…

Je poursuis ma formation au cours Simon avec Chantal Brière pendant 3 ans où je bosse comme un fou et où je découvre ce qui allait devenir mon vrai métier. Pendant ce temps, en 2003, Disney Channel vient faire un reportage au journal de Mickey où je fais étonnamment un peu le fou et, coup de bol intersidéral, le patron d’alors me trouve plutôt à l’aise et me demande de venir faire un essai… une semaine après je me retrouve en direct tous les mercredi dans le Zapping Zone !

Parallèlement à tout ça, j’écris avec Fredéric Lenci (un de mes tous meilleurs amis) et Séverine Broussy ma première pièce, Théâtrouille, dont je serai aussi l’un des acteurs et le metteur en scène au début avant de me faire aider par Christine Giua quand, consécration, la pièce se jouera pendant plusieurs mois au Comédia, l’un des plus grands théâtres de Paris. Merci encore à Danielle Mathieu Bouillon alors directrice de nous avoir si bien reçu ! C’est ma deuxième môman théâtrale après Chantal ma professeur des cours Simon !

Entre temps, je suis passé de Disney Channel à M6 déjà, pour une première expérience en tant que super héros du matin dans mon costume de Capman. Une expérience courte mais sympathique.

alex-goude-235050

Alex Goude déguisé en Capman

Le succès de Théâtrouille me vaut d’être repéré par Canal Plus qui m’engage alors pour faire la météo dans le grand journal, une année de folie où j’ai pu faire ce que je veux. Là encore petit coup de chance, TF1 me voit mais ne veut pas me mettre à l’antenne direct et me balance sur une toute nouvelle chaîne JET, où j’anime un show de calltv de 2h en direct, sans pause, hyper formateur et surtout où encore une fois j’étais complètement libre et bien aidé par enjoy productions (merciiii à ma grande copine Delphine). Parallèlement, je continue le théâtre en jouant pendant un an dans « les homos préfèrent les blondes » avec des anciens de Théâtrouille.

Ensuite, j’ai passé un peu de temps à travailler avec Laurent Ruquier sur « on n’a pas tout dit », là encore, c’était hyper instructif mais surtout super dur ! avec la légendaire Catherine Barma qui mettait une pression de feu. Mais bon merci à Laurent au contact duquel j’ai encore appris plein de trucs capitaux.

Enfin, grâce à un essai sur une météo rigolote je me fais repérer par M6 et commence alors l’aventure la plus folle de ma vie qui continue encore aujourd’hui ! J’ai la chance d’avoir des tas de programmes intéressants comme WipeOut, les bêtisiers, 60 secondes Chrono et surtout La France a un incroyable Talent et on me fait confiance sur l’écriture des émissions que j’anime, une des conditions sine qua none pour que je m’amuse.

P1210304

Bureaux de FeelGoude à Paris 18

En 2011 parallèlement à tout ça, je fonde FeelGoude, société d’évènementielle, créatrice de bonne humeur qui connait un essor plutôt sympathique ici et aux Etats Unis. On y crée des évènements complètement fous pour plusieurs grosses sociétés que je mets en scène, en faisant notamment souvent travailler nos amis d’incroyable talent !

Quand au théâtre, après quelques années d’aide a des associations ou de cours de coaching à de jeunes comédiens avec Private Joke, je suis revenu à la mise en scène avec notamment le dernier one Woman Show de Anne Bernex: « Dans l’air du temps ».

En 2014, je mis en scène Marion Game (Scènes de ménage), Alexandre Pesle (Caméra Café) et 4 comédiens fabuleux: Tadrina Hocking, Virginie Ledieu, Jean Fornerod et Clement Koch dans « Tous des malades » une pièce complètement folle de Jean Jacques Thibaud. Jean Jacques que je retrouverai en 2016 pour un IMMENSE évènement à Paris… une comédie musicale que j’espère inoubliable : Timéo . Et en 2015, c’est de l’autre côté de l’atlantique qu’il faudra aller voir ma prochaine grosse mise en scene…

Voili voilou, en attendant on se retrouve très bientôt dans La France a un incroyable talent et le Bêtisier… et peut être d’autres surprises…

MISE À JOUR : MAI 2014